9'32 Pollock: fallu aller au bout pour taire by Armand Dupuy

9'32 Pollock: fallu aller au bout pour taire

byArmand Dupuy

Kobo ebook | January 21, 2009 | French

Pricing and Purchase Info

$2.99

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

Présentation sous forme de cut-up d’échanges de mails avec l’auteur :

Ecrit en 2 jours (16 / 17 novembre 2008)
Pollock est debout.
Obsession terrible. Notes notes notes notes pendant deux jours. Au final j’étais minable. La loco : pollock, pollock, pollock.
Fallu aller au bout pour taire.

Alors voilà j’ai essayé froidement, et à peine déjà au bout de 2, 3 pages, j’étais ému à nouveau, comme lors de la première lecture. Quelque chose du geste magique, un geste lâché ?
Bien sûr c’est Pollock, et pour moi ça cause, mais je ne cherche pas à comprendre : ça me touche, pas grand chose d’autres à en dire.
Rares sont les livres que je lis d’une traite, mais là j’y suis allé jusqu’au bout, facilement, porté.
Par exemple, la page, centrale,

Et c’est versant sa grolle que Pollock se révèle. C’est stupide. Le geste de verser verse Pollock. En versant sa grolle, toute l’usure de sa grolle, Pollock se verse dans mes yeux, c’est simple.

C’est Pollock et ce n’est pas tout à fait Pollock...

c’est au-delà ou en deçà, dans un dedans de langue qui s’ivre.
"Pollock", et ce mot se remplit, puis se vide, se pollock encore et bien plus, perd substance comme mot infiniment répété en se remplissant.
Des sortes de petites "fictions" : soixante-sept.

"Fictions" car Pollock c’est aussi la somme de toutes les figures qu’il laisse passer par sa figure. Aussi parce que fiction, c’est ce qu’on a de plus vrai, de plus intime et qui nous échappe tout à fait. Pollock est venu foutre un coup de pied dans ce tas-là.
La fiction, nous n’avons que ça de vie. Nous vivons dans un tissu de scénarios complexes. Des histoires qu’on se raconte, projets, fantasmes, etc. De toute façon, dès qu’on ouvre la bouche, on passe dans la fiction. Voilà, je crois que j’ai pigé pourquoi pendant très très longtemps je n’ai pas parlé. Je ne pouvais pas supporter ce passage.

Armand Dupuy, une langue souvent dans la peinture, compagnonnage qui semble dater, voir par exemples son dehors / hors de / horde et son Distances. A rapprocher d’ailleurs, même époque et même mouvement peut-être, du Robert Frank de De Jonckheere ?
9’32 c’est la durée du film de Namuth en 1951 dans lequel on voit Pollock peindre avec les gestes, et l’énergie, courbé, la tension sur les grands formats au sol, dehors, ou dans les autres films, dans la grange.
Mais sans tout révéler, c’est aussi le film dans lequel on voit Pollock qui verse sa grolle et de laquelle grolle tombe un truc. Grosse pièce de monnaie ? Ou bout de ferraille
...

Title:9'32 Pollock: fallu aller au bout pour taireFormat:Kobo ebookPublished:January 21, 2009Publisher:publie.netLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN - 10:2814552031

ISBN - 13:9782814552036

Look for similar items by category:

Reviews