Examen du livre de M. Darwin sur l'origine des espèces by Pierre Flourens

Examen du livre de M. Darwin sur l'origine des espèces

byPierre Flourens

Kobo ebook | October 20, 2016 | French

Pricing and Purchase Info

$2.85

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

EXTRAIT:

I DU LIVRE DE M. DARWIN

M. Darwin vient de publier un livre sur l’Origine des espèces.

L’ingénieux et savant auteur pense que l’espèce est muable. Malheureusement, il ne nous dit pas ce qu’il entend par espèce, et ne se donne aucun caractère sûr pour la définir.

En second lieu, il voit très-bien la variabilité de l’espèce. Qui ne la voit pas ? Mais il ne voit pas la limite de cette variabilité ; et c’est précisément ce qu’il fallait voir.

Enfin l’auteur se sert partout d’un langage figuré dont il ne se rend pas compte et qui le trompe, comme il a trompé tous ceux qui s’en sont servis.

Là est le vice radical du livre.

 

On personnifiait la nature ; on lui prêtait des intentions, des inclinations, des vues ; on lui prêtait des horreurs (l’horreur du vide) ; on lui prêtait des jeux (les jeux de la nature). Les monstruosités étaient les erreurs de la nature.

Le XVIIIe siècle fit mieux. À la place de Dieu il mit la nature. Buffon disait à Hérault de Séchelles : « J’ai toujours nommé le Créateur, mais il n’y a qu’à ôter ce mot et mettre à la place la puissance de la nature[1]. »

« La nature, dit Buffon, n’est point une chose, car cette chose serait tout ; la nature n’est point un être, car cet être serait Dieu ; » en quoi il a parfaitement raison, mais ce qui, comme on vient de voir, l’effrayait fort peu.

Il ajoute : « La nature est une puissance vive, immense, qui embrasse tout, qui anime tout, qui, subordonnée au premier Être, n’a commencé d’agir que par son ordre et n’agit encore que par son consentement[2]… »

C’est de cette prétendue puissance que les naturalistes font leur nature, quand ils la personnifient.

Cependant M. Cuvier les a, depuis longtemps, avertis de tous les périls d’un pareil langage. « Par une de ces figures, dit-il, auxquelles toutes les langues sont enclines, la nature a été personnifiée : les êtres existants ont été appelés les Œuvres de la Nature, les rapports généraux de ces êtres entre eux sont devenus les Lois de la Nature, etc… C’est en considérant ainsi la nature comme un être doué d’intelligence et de volonté, mais secondaire et borné quant à la puissance, qu’on a pu dire qu’elle veille sans cesse au maintien de ses œuvres, qu’elle ne fait rien en vain, qu’elle agit toujours par les voies les plus simples, etc… On voit combien sont puérils les philosophes qui ont donné à la nature une espèce d’existence individuelle, distincte du Créateur, des lois qu’il a imprimées au mouvement et des propriétés ou des formes données par lui aux créatures, et qui l’ont fait agir sur les corps avec une puissance et une raison particulières.

[1] Voyage à Montbard.

[2] Première Vue de la nature.

Title:Examen du livre de M. Darwin sur l'origine des espècesFormat:Kobo ebookPublished:October 20, 2016Publisher:Pierre FlourensLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990052267937

Look for similar items by category:

Reviews