Histoire de Jules César Tome I et II by LOUIS NAPOLÉON BONAPARTE

Histoire de Jules César Tome I et II

byLOUIS NAPOLÉON BONAPARTE

Kobo ebook | March 25, 2017 | French

Pricing and Purchase Info

$6.13

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

Présentation de l’éditeur :

Ce livre comporte une table des matières dynamique, a été relue et corrigé.

Il est parfaitement mis en page pour une lecture sur liseuse électronique.

Extrait :

PRÉFACE.

La vérité historique devrait être non moins sacrée que la religion. Si les préceptes de la foi élèvent notre âme au-dessus des intérêts de ce monde, les enseignements de l’histoire, à leur tour, nous inspirent l’amour du beau et du juste, la haine de ce qui fait obstacle aux progrès de l’humanité. Ces enseignements, pour être profitables, exigent certaines conditions. Il faut que les faits soient reproduits avec une rigoureuse exactitude, que les changements politiques ou sociaux soient philosophiquement analysés, que l’attrait piquant des détails sur la vie des hommes publics ne détourne pas l’attention de leur rôle politique et ne fasse pas oublier leur mission providentielle.

Trop souvent l’écrivain nous présente les différentes phases de l’histoire comme des événements spontanés, sans rechercher dans les faits antérieurs leur véritable origine et leur déduction naturelle ; semblable au peintre qui, en reproduisant les accidents de la nature, ne s’attache qu’à leur effet pittoresque, sans pouvoir, dans son tableau, en donner la démonstration scientifique. L’historien doit être plus qu’un peintre ; il doit, comme le géologue qui explique les phénomènes du globe, découvrir le secret de la transformation des sociétés.

Mais, en écrivant l’histoire, quel est le moyen d’arriver à la vérité ? C’est de suivre les règles de la logique. Tenons d’abord pour certain qu’un grand effet est toujours dû à une grande cause, jamais à une petite ; autrement dit, un accident, insignifiant en apparence, n’amène jamais de résultats importants sans une cause préexistante qui a permis que ce léger accident produisît un grand effet. L’étincelle n’allume un vaste incendie que si elle tombe sur des matières combustibles amassées d’avance. Montesquieu confirme ainsi cette pensée : « Ce n’est pas la fortune, dit-il, qui domine le monde… Il y a des causes générales, soit morales, soit physiques, qui agissent dans chaque monarchie, l’élèvent, la maintiennent ou la précipitent ; tous les accidents sont soumis à ces causes, et si le hasard d’une bataille, c’est-à-dire une cause particulière, a ruiné l’État, il y avait une cause générale qui faisait que cet État devait périr par une seule bataille ; en un mot, l’allure principale entraîne avec elle tous les accidents particuliers. »

Si, pendant près de mille ans, les Romains sont toujours sortis triomphants des plus dures épreuves et des plus grands périls, c’est qu’il existait une cause générale qui les a toujours rendus supérieurs à leurs ennemis, et qui a permis que des défaites et des malheurs partiels n’aient pas entraîné la chute de leur empire. Si les Romains, après avoir donné au monde l’exemple d’un peuple se constituant et grandissant par la liberté, ont semblé, depuis César, se précipiter aveuglément dans la servitude, c’est qu’il existait une raison générale qui empêchait fatalement la République de revenir à la pureté de ses anciennes institutions ; c’est que les besoins et les intérêts nouveaux d’une société en travail exigeaient d’autres moyens pour être satisfaits. De même que la logique nous démontre dans les événements importants leur raison d’être impérieuse, de même il faut reconnaître et dans la longue durée d’une institution la preuve de sa bonté, et dans l’influence incontestable d’un homme sur son siècle la preuve de son génie.

La tâche consiste donc à chercher l’élément vital qui faisait la force de l’institution, comme l’idée prédominante qui faisait agir l’homme. En suivant cette règle, nous éviterons les erreurs de ces historiens qui recueillent les faits transmis par les âges précédents, sans les coordonner suivant leur importance philosophique ; glorifiant ainsi ce qui mérite le blâme, et laissant dans l’ombre ce qui appelle la lumière. Ce n’est pas l’analyse minutieuse de l’organisation romaine qui nous fera comprendre la durée d’un si grand empire, mais l’examen approfondi de l’esprit de ses institutions ; ce n’est pas non plus le récit détaillé des moindres actions d’un homme supérieur qui nous révélera le secret de son ascendant, mais la recherche attentive des mobiles élevés de sa conduite.

Lorsque des faits extraordinaires attestent un génie éminent, quoi de plus contraire au bon sens que de lui prêter toutes les passions et tous les sentiments de la médiocrité ? Quoi de plus faux que de ne pas reconnaître la prééminence de ces êtres privilégiés qui apparaissent de temps à autre dans l’histoire comme des phares lumineux, dissipant les ténèbres de leur époque et éclairant l’avenir ? Nier cette prééminence serait d’ailleurs faire injure à l’humanité, en la croyant capable de subir, à la longue et volontairement, une domination qui ne reposerait pas sur une grandeur véritable et sur une incontestable utilité. Soyons logiques, et nous serons justes.

Title:Histoire de Jules César Tome I et IIFormat:Kobo ebookPublished:March 25, 2017Publisher:GILBERT TEROLLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990052723877

Look for similar items by category:

Reviews