La locomotive et les chemins de fer by Louis Figuier

La locomotive et les chemins de fer

byLouis Figuier

Kobo ebook | September 4, 2016 | French

Pricing and Purchase Info

$2.92

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

EXTRAIT:

CHAPITRE PREMIER

 

Premières idées concernant la locomotion par la vapeur. — james watt. — voiture à vapeur de l’ingénieur français cugnot. — construction des premières machines à haute pression par olivier évans. — application de ces machines à la locomotion sur les routes ordinaires. — voiture à vapeur d’olivier évans. — diligence à vapeur de trevithick et vivian.

 

La machine à vapeur a eu cette heureuse destinée, que les diverses améliorations qu’elle a reçues depuis son origine, ont trouvé, dès l’instant de leur création, des applications de la plus haute importance. En 1690, le génie de Papin jette dans le monde scientifique sa grande conception concernant la force élastique de la vapeur d’eau, et dix ans se sont à peine écoulés, que cette pensée théorique, sortant du domaine spéculatif où elle a pris naissance, reçoit son application dans l’industrie. Savery et Newcomen, consacrant la machine atmosphérique à l’épuisement des eaux dans les mines de houille, arrachent à une imminente ruine la branche mère de l’industrie britannique. Dès que James Watt a accompli dans le système des machines à vapeur cette révolution admirable que nous avons fait connaître, on voit aussitôt les applications de ses découvertes se réaliser sur une échelle immense. Avec les forces nouvelles dont elle est armée, la machine à vapeur s’élance, par toutes les voies, dans le domaine de l’industrie, et vient offrir son utile concours aux innombrables travaux des manufactures et des usines. La persévérance et les talents de Fulton lui ouvrent ensuite l’empire des mers, et elle brave sur l’Océan, l’effort des vents et des flots. Enfin, de nouveaux perfectionnements apportés au mécanisme de ce puissant moteur, permettent de l’appliquer aux transports rapides sur les voies de la locomotion terrestre.

C’est cette nouvelle période des progrès de la machine à vapeur qu’il nous reste à aborder, et ce n’est ni la moins curieuse, ni la moins intéressante de son histoire.

Bien que les machines à vapeur locomotives soient beaucoup plus simples dans leur combinaison, que les machines fixes qui fonctionnent dans les usines ou sur les navires, leur invention est de beaucoup postérieure en date à ces dernières. Les bateaux à vapeur sillonnaient les fleuves dans les deux hémisphères, vingt ans avant que la circulation des voyageurs fût établie sur les chemins de fer.

Cette circonstance s’explique sans peine, si l’on considère les conditions spéciales auxquelles la machine à vapeur devait satisfaire pour servir à traîner sur la terre, les hommes et les fardeaux. Les seules machines à vapeur connues et employées dans l’industrie, jusqu’au commencement de notre siècle, furent les machines à condensation. Or, on ne pouvait songer à les appliquer aux transports sur les routes ; car l’énorme quantité d’eau employée au seul usage de la condensation de la vapeur, aurait surchargé la voiture au point de l’empêcher de se traîner elle-même. Il fallait, pour résoudre ce problème, posséder un appareil moteur présentant tout à la fois un poids très-faible, un volume médiocre et une puissance considérable. Les machines à haute pression pouvaient donc seules donner moyen d’appliquer la puissance de la vapeur à la locomotion terrestre.

Title:La locomotive et les chemins de ferFormat:Kobo ebookPublished:September 4, 2016Publisher:Louis FiguierLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990052156200

Look for similar items by category:

Reviews