Le cancer du sein tout et même plus...

August 31, 2015|
Le cancer du sein tout et même plus... by Dominique (Dr) Synott
$17.99
Kobo ebook

Available for download

Not available in stores

Prices and offers may vary in store

about

Mise au point concernant l'autoexamen des seins et la récente position de la Société canadienne du cancer La docteure Dominique Synnott, chirurgienne générale, chirurgie oncologique, chef de la clinique du sein de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, auteure du livre Le cancer du sein, tout et même plus1, s'indigne de la récente déclaration de la Société canadienne du cancer (SCC) à l'effet que l'autoexamen des seins (AES) n'est plus dorénavant recommandé et surtout serait dangereux. Un revirement pour le moins inusité, de la part de cet organisme qui a prôné pendant de nombreuses années les bienfaits de l'AES. Ce changement de position est inusité parce qu'il arrive en conséquence d'une recherche publiée il y a 10 ans (en 1997, à Shanghai), et qui depuis suscite la controverse — notamment en 2001 au cours d'un forum de discussion du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), tenu à Montréal. Il n'y a eu depuis ce temps aucune nouveauté, aucune nouvelle étude, aucune nouvelle recommandation; il s'agit d'une «vieille» nouvelle. Il est vrai que l'AES n'était pas une méthode suffisamment fiable pour permettre de sauver des vies, car seulement 26 % des cancers du sein étaient détectés grâce à elle. La mammographie utilisée comme seul moyen de dépistage, de son côté, arrivait à un résultat de 85 %. Il faut toutefois souligner que, combinée à l'examen médical et à l'AES, la mammographie connaissait un taux de succès grimpant jusqu'à 90 %. Suggérer de ne plus pratiquer l'AES, c'est un peu comme si on ne recommandait plus de boucler sa ceinture de sécurité en voiture puisque les automobiles sont maintenant équipées de coussins gonflables! De plus, dans la déclaration de la SCC, on souligne que bien que l'AES ne soit plus recommandé, on demande aux femmes de bien connaître leurs seins en les palpant régulièrement. À la SCC, on craint que les mots «autoexamen des seins» ne fassent peur aux femmes. Il faudrait rappeler que la peur des mots sera toujours moins dangereuse que le cancer lui-même. La Dre Dominique Synnott recommande donc aux femmes de passer outre à la recommandation de la Société canadienne du cancer telle que formulée. Il convient de bien continuer la prévention, sans avoir peur des mots.

Title:Le cancer du sein tout et même plus...Format:Kobo ebookPublished:August 31, 2015Publisher:La SemaineLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN - 10:2897030070

ISBN - 13:9782897030070

Appropriate for ages: All ages

Look for similar items by category: