Le moine: Edition intégrale by Mathew-Gregory LEWIS

Le moine: Edition intégrale

byMathew-Gregory LEWIS

Kobo ebook | May 6, 2016 | French

Pricing and Purchase Info

$1.52

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

Avec les Editions MARQUES, venez découvrir ou redécouvrir les grands classiques optimisés pour vos liseuses et applications électroniques. Une publication de qualité par des professionnels de l'édition.

Les éditions MARQUES présentent "Le moine", de Mathew-Gregory Lewis, édité en texte intégral.

Extrait

CHAPITRE PREMIER

«Le seigneur Angelo est austère ; il se tient en garde contre l'envie ; c'est à peine s'il avoue que son sang circule, ou qu'il a plus d'appétit pour le pain que pour la pierre.»

Mesure pour mesure, Shakespeare

Il y avait à peine cinq minutes que la cloche du couvent sonnait, et déjà la foule se pressait dans l'église des Capucins. N'allez pas croire que cette affluence eût la dévotion pour cause, ou la soif de s'instruire. Ce n'étaient là que de rares exceptions : dans une ville telle que Madrid, où la superstition règne en despote, on chercherait inutilement la vraie piété. L'auditoire assemblé dans l'église des Capucins y était attiré par des raisons diverses, mais toutes étrangères au motif ostensible. Les femmes venaient pour se montrer, les hommes pour voir les femmes : ceux-ci par curiosité d'entendre un si fameux prédicateur; ceux-là faute de meilleure distraction avant l'heure de la comédie; d'autres encore, parce qu'on leur avait assuré qu'il n'était pas possible de trouver des places dans l'église; enfin la moitié de Madrid était venue dans l'espoir d'y rencontrer l'autre. Les seules personnes qui eussent réellement envie d'entendre le sermon, étaient quelques dévotes surannées, et une demi-douzaine de prédicateurs rivaux, bien déterminés à le critiquer et à le tourner en ridicule. Quant au reste des assistants, le sermon aurait pu être supprimé sans qu'ils fussent désappointés, et même très probablement sans qu'il s'aperçussent de la suppression.
Quoi qu'il en soit, il est certain du moins que jamais l'église des Capucins n'avait reçu une plus nombreuse assemblée. Tous les coins étaient remplis, tous les sièges étaient occupés ; même les statues qui décoraient les longues galeries avaient été mises à contribution : des enfants s'étaient suspendus aux ailes des chérubins; saint François et saint Marc portaient chacun un spectateur sur leurs épaules, et sainte Agathe se trouvait avoir double charge. Aussi, malgré toute leur diligence, nos deux nouvelles venues, en entrant dans l'église, eurent beau regarder alentour : pas une place.
Néanmoins la vieille continua d'avancer. En vain des exclamations de mécontentement s'élevaient contre elle de tout côté; en vain on l'apostrophait avec «Je vous assure, señora, qu'il n'a plus de place ici. - Je vous prie, señora, de ne pas me pousser si rudement. - Señora, vous ne pouvez passer par ici. Mon Dieu ! comment peut-on être si peu sans-gêne !» La vieille était obstinée, et elle allait toujours. À force de persévérance, et grâce à deux bras musculeux, elle s'ouvrit un passage au travers de la foule et parvint à se pousser au beau milieu de l'église, à une très petite distance de la chaire. Sa compagne l'avait suivie timidement et en silence, ne faisant que profiter de ses efforts.
- Sainte Vierge ! s'écria la vieille d'un air désappointé, tout en cherchant de l'oeil autour d'elle ; sainte vierge ! quelle chaleur ! quelle foule ! qu'est-ce que cela veut dire ? Je crois qu'il faudra nous en retourner : il n'y pas l'ombre d'un siège vacant, et je ne vois personne d'assez obligeant pour nous offrir le sien.
Cette insinuation peu équivoque éveilla l'attention de deux cavaliers qui occupaient des tabourets à droite, et avaient le dos appuyé contre la septième colonne à compter de la chaire. Tous deux étaient jeunes et richement vêtus. À cet appel fait à leur politesse par une voix de femme, ils suspendirent leur conversation pour regarder qui parlait. La vieille avait relevé son voile pour faciliter ses recherches dans la cathédrale. Ses cheveux étaient roux, et elle louchait. Les cavaliers se retournèrent et reprirent leur conversation.
- De grâce, repartit la compagne de la vieille, de grâce, Léonella, retournons tout de suite chez nous ; la chaleur est excessive, et je meurs de peur au milieu de cette foule.
Ces paroles avaient été prononcées avec une douceur sans égale. Les cavaliers interrompirent de nouveau leur entretien ; mais, cette fois, ils ne se contentèrent pas de regarder : tous deux se levèrent involontairement de leurs sièges, et se tournèrent vers celle qui venait de parler.

(...)

Présentation de l'éditeur

Texte intégral révisé. En 1794, M. G. Lewis, âgé de 19 ans, est envoyé à La Haye en qualité d'attaché d'ambassade. C'est au cours de son bref séjour dans cette ville qu'il écrit un livre éminemment subversif, "Ambroise, ou le Moine", dans le but de divertir sa mère. Se déroulant à Madrid à l'époque de l'Inquisition, le récit relate le destin tragique d'Ambrosio, abandonné à la naissance aux portes d'un couvent de Capucins. Élevé par les frères, il devient un prédicateur admiré pour sa vertu, la pureté de sa foi et l'éloquence de ses sermons. Mais ce prieur pur et intransigeant se croyant à l'abri de toute tentation charnelle se lie d'amitié pour un jeune moine novice qui se révèle être en réalité une femme aux pouvoirs démoniaques. Sa vie va alors basculer dans le péché, entraînant de nombreuses victimes dans les pires infamies. Interdit par la censure lors de sa parution en 1796, puis republié dans une version corrigée et épurée, le roman ne cesse depuis de susciter l'enthousiasme des lecteurs. Avec "Le Château d'Otrante" d'Horace Walpole (1764) et "Les Mystères d'Udolphe" (1794) d'Ann Radcliffe, "Le Moine" est aujourd'hui considéré comme l'un des chefs-d'oeuvre du roman gothique. D'une noirceur romantique inégalée (satanisme, sado-masochisme, viol, inceste, matricide,..), il inspirera par la suite nombre d'auteurs dont entre autres Lord Byron, Le Marquis de Sade, Samuel Taylor Coleridge, E.T.A. Hoffmann, Victor Hugo, Mary Shelley, Maturin, Robert-Louis Stevenson, Charles Dickens, André Breton ou encore Antonin Artaud. Il a fait l'objet de plusieurs adaptations cinématographiques, dont la plus récente est celle de Dominik Moll, avec Vincent Cassel dans le rôle du moine.

Title:Le moine: Edition intégraleFormat:Kobo ebookPublished:May 6, 2016Publisher:Editions MARQUESLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990051731903

Look for similar items by category:

Reviews