Les Belles de nuit: ou les Anges de la famille ( Edition intégrale ) Tome I II III IV V by Paul Féval

Les Belles de nuit: ou les Anges de la famille ( Edition intégrale ) Tome I II III IV V

byPaul Féval

Kobo ebook | May 8, 2017 | French

Pricing and Purchase Info

$0.99

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

Les Belles-de-nuit ou les Anges de la famille est un roman de Paul Féval, paru en feuilleton dans le journal L’Assemblée nationale du 21 septembre 1849 au 27 avril 1850. L’histoire se déroule de novembre 1817 à novembre 1820, en Bretagne et à Paris. Le livre est divisé en cinq parties de longueur inégale : la première partie, intitulée Le Déris, compte neuf chapitres ; la deuxième, Le Manoir, est longue de dix-huit chapitres ; La troisième, Le Voyage, et la cinquième partie, Penhoël, ne comptent que trois chapitres chacune ; la quatrième — et la plus longue —, Paris, comporte vingt-six chapitres.

Première partie, Le Déris

En novembre 1817, à Redon, en Bretagne, trois mystérieux personnages, deux hommes et une femme, s’arrêtent à l’auberge du Mouton Couronné, tenu par le père Géraud: il s’agit de Robert, dit l’Américain, son complice Blaise, surnommé l’Endormeur, et la jeune Lola, belle mais « sans âme ». Les deux hommes sont à bout de ressources et Robert, qui vient de découvrir l’existence de la famille le Tixier, dont l’aîné est le vicomte René de Penhoël, décide de s’emparer par la ruse de ses terres. Il parvient à extorquer au père Géraud l’histoire de la famille de Penhoël et se fait passer pour un ami de Louis, l’aîné de la famille, qui a quitté la Bretagne quinze ans plus tôt, à la suite d'un chagrin d’amour : lui et son frère René était tous deux épris d’une jeune fille, Marthe, qui a finalement épousé René, alors que tout laissait penser qu’elle aimait Louis. La jeune femme est néanmoins d’un caractère mélancolique qui laisse penser qu’elle n’a jamais cessé d’aimer Louis…

Sachant cela, Robert et Blaise font une entrée pour le moins mouvementée au manoir de Penhoël, malgré les avertissements du passeur Benoît Haligan, qui a deviné la vérité, et se présentent au maître de maison comme des amis de Louis, non sans avoir glissé quelques paroles pleine de sous-entendus à Marthe. Les deux truands sont aussitôt accueillis à Penhoël avec tous les honneurs…

Deuxième partie, Le Manoir

Près de trois ans après les évènements racontés dans la première partie, l’Érèbe, premier bateau à vapeur, a quitté Londres pour Bordeaux. À son bord se trouve Montalt, mystérieux aventurier anglais détestant la Bretagne et les Bretons. Celui-ci porte néanmoins secours à un matelot qui a tenté de se jeter à la mer. Ce jeune homme n’est autre que Vincent de Penhoël, jeune cousin de René, qui a quitté le manoir cinq mois auparavant. Il a en effet violé sa cousine Blanche, dont il est éperdument amoureux, un soir qu’il souffrait de la fièvre et de l’ivresse. En entendant ce récit, Montalt entre dans une violente colère, accusant Vincent de lui jeter à la tête son propre crime…

Entretemps, à Penhoël, René, fasciné par Lola, a perdu au jeu tout ce qui restait de la fortune familiale. Robert, ses complices, le marquis de Pontalès et son fils Alain sont presque maîtres du domaine. Au beau milieu d’une fête, Marthe comprend que sa fille Blanche est enceinte et soupçonne Robert d’être le père de l’enfant à naître. Le désespoir de la jeune femme est d’autant plus grand qu’elle croit que Blanche a subi le même sort qu’elle.

De leur côté, Diane et Cyprienne de Penhoël, qui ont découvert les manigances de Robert, décide de dérober les papiers permettant au truand de se rendre maître de Penhoël. Découvertes, les jeunes filles sont noyées par Bibandier, un complice de Robert. De son côté, ce dernier enlève Blanche et fait chasser Roger de Launoy, le fils adoptif de René, et le peintre Étienne Moreau. Les jeunes gens sont bientôt suivis dans l’exil par les autres membres de la famille. Le marquis de Pontalès, désormais maître de Penhoël, chasse à leur tour Robert et Blaise.

Troisième partie, Le Voyage

À Rennes, une diligence s’apprête à partir, emmenant Montalt à Paris. Étienne Moreau, qui a quitté Redon, arrive au moment même où le fiacre s’ébranle. Ayant réussi à monter dans la diligence, il fait la connaissance de l’Anglais et lui raconte son histoire, en taisant néanmoins le nom de Penhoël. Malgré le sentiment de respect qu’il éprouve pour Montalt, le jeune homme est révolté par son immoralité. De son côté, Montalt s’intéresse à deux jeunes filles qui ont pris une autre diligence et suivent la même route que lui. Étrangement, elles baissent les stores de la diligence chaque fois qu’Étienne tourne la tête vers elles. À leur arrivée à Laval, Étienne et Montalt s’arrêtent pour la nuit dans une hôtellerie où le jeune homme retrouve Roger, dont il ignorait le départ.

Lorsque la diligence arrive à Paris, Montalt propose aux jeunes gens de s’installer dans son hôtel, l’un en tant que peintre, l’autre comme secrétaire. À peu près au même moment, l’une des mystérieuses passagères de la seconde diligence laisse tomber au sol deux messages signés BELLE-DE-NUIT, adressés à Étienne et Roger, leur donnant rendez-vous devant Notre-Dame. Les jeunes gens, fidèles à Diane et Cyprienne, qu’ils aiment, refusent de s’y rendre.

Quatrième partie, Paris

Robert, Blaise, Lola et Bibandier sont montés à Paris sous de faux noms avec Blanche. Robert décide d’approcher le richissime Montalt dans l’espoir de lui gagner au jeu de quoi racheter le manoir de Penhoël.

De leur côté, Marthe, René, l’oncle Jean et le père Géraud, vivent dans un taudis de la capitale et Diane et Cyprienne, qui ont mystérieusement échappé à la noyade, survivent tant bien que mal en chantant dans les rues. En désespoir de cause et pour racheter le manoir de Penhoël, elles décident de se rendre chez Montalt, qui semble s’intéresser à elles.

À une fête donnée par Montalt, Robert fait la connaissance de l’aventurier et lui raconte, sans révéler le nom de Penhoël, la façon dont il a chassé René et sa famille. Montalt l’écoute apparemment avec indifférence, mais laisse éclater une poignante douleur en rentrant dans ses appartements. Entretemps, deux mystérieuses jeunes filles apparaissent à la fête, apprennent à Étienne et à Roger, eux aussi présents, l’assassinat de Diane et Cyprienne, et accusent Robert du crime en présence de Montalt.

De retour à son hôtel, Montalt apprend que les mystérieuses jeunes filles de la diligence, Diane et Cyprienne, ont demandé à le voir. Celles-ci lui racontent leur histoire en taisant leurs noms, se faisant appeler Louise et Berthe. Montalt, pris de pitié, décide de garder les deux jeunes filles auprès de lui. Au même moment, Étienne et Roger, trompés par Bibandier, croient que Montalt a séduit les jeunes filles.

De son côté, Vincent, qui a appris l’enlèvement de Blanche et l’exil de sa famille, a pu gagner Paris, mais est arrêté et emprisonné juste en face de la maison que Lola loue et où Blanche est retenue prisonnière. Celle-ci, enceinte, se morfond dans sa prison. Diane et Cyprienne, déguisées en hommes, s’introduisent dans la maison, enlèvent Blanche, qui ne les reconnaît pas, et l’emmènent chez Montalt.

Robert, qui tient à se débarrasser de Montalt, demande à Lola de persuader Alain de Pontalès de provoquer l’Anglais en duel. Puis il fait croire à Vincent, qui s’est évadé et a été témoin de l’enlèvement de Blanche, que Montalt est à l’origine du rapt. Le jeune homme provoque à son tour Montalt en duel. Puis ce sont Étienne et Roger qui viennent demander réparation à l’aventurier. Enfin Jean de Penhoël, lui aussi abusé par Robert, décide de provoquer Montalt en duel.

Cependant, René de Penhoël, dans un accès de folie, profite de ce que l’oncle Jean a quitté leur taudis pour tenter de se suicider avec Marthe. Ils sont sauvés par Diane et Cyprienne, qui reviennent à l’hôtel de Montalt, lequel pousse les jeunes filles à lui avouer leurs véritables noms avant de leur apprendre son histoire: plusieurs années auparavant, il a quitté la maison de son père car lui et son meilleur ami aimaient tous deux la même femme. Montalt a préféré renoncer à son amour mais n’a jamais oublié la jeune femme. Son récit achevé, il leur lègue une boite de sandal serties de diamants qui contient une mèche des cheveux de cette jeune fille et leur demande, s’il meurt, de brûler ce souvenir et de garder les diamants. Après son départ, Diane et Cyprienne assistent Blanche, qui met au monde un enfant.

Montalt, qui s’est rendu sur le lieu des duels, tue Alain de Pontalès mais épargne les quatre autres. Jean de Penhoël reconnait en lui son neveu Louis. En rentrant à l’hôtel, ils découvrent Robert et ses deux complices, qui tentaient de dérober la boite de sandal. Robert, accusé par Jean, Vincent et les jeunes filles, est toutefois épargné par Montalt, à qui il remet une lettre que Marthe lui avait écrite et que le truand devait lui donner. Jean révèle alors à son neveu que Diane et Cyprienne ne sont pas ses filles, mais celles que Marthe a eu de Louis. Tous décident de rentrer en Bretagne, pour récupérer les terres de Penhoël: en effet, il ne leur reste plus que trois jours pour les racheter, sans quoi elles seront la propriété du marquis de Pontalès.

Cinquième partie, Penhoël

Robert, Blaise et Bibandier ont regagné le Mouton Couronné, à Redon, emmenant avec eux Marthe et René. Ils fixent à René un rendez-vous au bord du fleuve en lui faisant miroiter la possibilité de racheter son domaine puis se rendent à la loge du passeur, Benoît Haligan, qui agonise. Là, ils obligent le notaire Le Hivain à faire venir Pontalès, qu’ils somment de les aider s’il veut conserver ses terres, car Penhoël est sur le point de revenir. Pontalès accepte à contre cœur de partager ses domaines avec Robert, Blaise et Bibandier, puis de tuer René de Penhoël et, si nécessaire, Louis.

Lorsque tous cinq parviennent au lieu du rendez-vous fixé à René, celui-ci monte dans la barque, effrayé par un mystérieux inconnu qui l’a suivi depuis Redon. Ce dernier, qui n’est autre que Louis de Penhoël, parvient à arrêter la barque avant que Bibandier n’ait pu l’éloigner de la rive. Pontalès poignarde René, avant d’être abattu par Louis, qui tue ensuite Robert, Blaise et Le Hivain, cependant que Bibandier s’enfuit. Après la tuerie, Louis cherche à ramener son frère, qu’il croit vivant, mais celui-ci, dans un dernier mouvement d’agonie, se laisse glisser dans l’eau. La barque s’éloigne alors, portée par le courant, et sombre avec les quatre corps dans le gouffre de la Femme-Blanche, où Robert avait ordonné qu’on noie Diane et Cyprienne.

Entretemps, Jean de Penhoël a ramené Marthe au manoir. Celle-ci, presque mourante après tant de souffrances, s’éveille en entendant le chant des Belles-de-nuit et, apercevant ses filles et Louis, qui a regagné le manoir, adresse une prière à Dieu: « Mon Dieu! [... ] si c’est encore un rêve, faites que je ne m’éveille jamais! »

Title:Les Belles de nuit: ou les Anges de la famille ( Edition intégrale ) Tome I II III IV VFormat:Kobo ebookPublished:May 8, 2017Publisher:Impr. de N. ChaixLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990052820729

Look for similar items by category:

Reviews