LES MINES DU ROI SALOMON by Henry Rider Haggard

LES MINES DU ROI SALOMON

byHenry Rider Haggard

Kobo ebook | August 11, 2014 | French

Pricing and Purchase Info

$3.41

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

Il y a dix-huit mois, au retour d'une excursion de chasse au delà du Bamamgouato, je fis la rencontre de sir Henry Curtis et du capitaine Good. Je venais de vendre mon ivoire et je m'étais rendu au Cap.

Cette ville m'était déjà familière : j'y visitai le Jardin Botanique, qui me paraît appelé à rendre de grands services à la colonie, et le magnifique Palais du Parlement, qui sera certainement moins utile. Mais la vie d'hôtel ne me va pas, sans compter qu'on m'écorchait, et je résolus de retourner chez moi à Durban.

J'arrêtai mon passage à bord du Dunkeld, et, dans l'après-midi, nous voguions vers Natal.

Nous avions reçu par transbordement les passagers du Chateau-d'Édimbourg, qui venait d'Angleterre. Parmi ceux-ci, deux messieurs attirèrent mon attention. L'un d'eux pouvait avoir trente ans. C'était un solide gaillard aux robustes épaules, avec une large poitrine bombée, des bras nerveux. Ses cheveux et sa barbe étaient blond jaune ; ses grands yeux gris enfoncés donnaient à sa belle physionomie un cachet particulier. Il me fit penser à ces héros scandinaves dont l'histoire nous parle. J'ai su plus tard qu'effectivement il descendait de ces grandes races du Nord. C'était sir Henry Curtis.

Avec ce blond fils d'Albion se trouvait un petit homme brun, gros, rond, à l'air bon enfant, que je pris tout de suite pour un officier de marine. On les reconnaît à première vue, les marins ; ce sont de braves cœurs, ils valent mieux que les autres hommes, en général. C'est la grande mer, le souffle puissant des vents du ciel qui, peut-être, balaient de leurs âmes les impuretés et en font des hommes plus droits, plus honnêtes que d'autres.

Je ne me trompais pas : ce compagnon de sir Henry était lieutenant de vaisseau. Il avait un peu plus de trente ans et on l'y avait mis en retrait d'emploi. Il s'appelait Good. Sa bonne figure faisait plaisir à voir. Il était bien vêtu, minutieusement propre, tiré à quatre épingles ; un monocle, enchâssé dans l'œil droit, tenait là sans cordon. Ses dents me firent envie, à moi qui ne les ai pas bonnes ; c'était un superbe râtelier, dont je vous prie de prendre note dès maintenant.

Peu après notre départ, le temps se gâta ; un vilain brouillard, un vrai brouillard anglais, chassa tous les passagers de dessus le pont, et j'allai m'abriter près des machines. Un pendule se balançait devant moi à chaque mouvement du bateau.

« Ce pendule n'est pas bien établi ! » dit tout à coup une voix tout près de moi.

Je me retournai et je vis mon officier de marine.

« Croyez-vous ? dis-je.

– Je ne crois pas, je suis sûr ; vous pouvez être certain que, si le bateau avait roulé comme l'indique ce pendule, nous aurions fait une culbute que nous n'aurions pas recommencée ! Ces vaisseaux marchands !… Il y a toujours une incurie ! »

Title:LES MINES DU ROI SALOMONFormat:Kobo ebookPublished:August 11, 2014Publisher:LargauLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990045560427

Reviews