Miss Mousqueterr by PAUL D’IVOI

Miss Mousqueterr

byPAUL D’IVOI

Kobo ebook | January 28, 2014 | French

Pricing and Purchase Info

$6.36

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

— Certainement, Sir John, je vous suis la plus obligée de votre complaisance… Mais de là, à mettre mon cœur en douce palpitation de fiancée, il y a un fossé large, large plus que la Tamise.

— Ne me donnerez-vous pas l’espoir au moins ?

— J’ai donné, je pense…

— Vous avez dit l’impossible.

— Cela n’est point mon avis. J’ai dit : Ma fortune, mes banknotes en monceau, cela me cause l’ennui… Et votre richesse de même… Quand je m’écrie : Je veux ceci, ou bien, je veux cela… Il suffit d’ouvrir le carnet de chèques pour acheter… Je ne puis pas dépenser un petit morceau de temps à désirer… et je suis furieuse de ne pas désirer… Et alors j’ai proposé vous trouviez, d’imaginative façon, une chose intéressante pour ma pensée, et que mes livres ou guinées ne pourraient pas acheter… Trouvez, je répète, le chemin de m’intéresser, et je serai de suite fiancée contre vous-même.

Cette bizarre conversation était murmurée, sur la terrasse du Mirific-Hôtel de Nice, par Miss Violet Mousqueterr et Sir John Lobster.

Tous deux avaient vu le jour en Angleterre ; mais là s’arrêtait la ressemblance.

Miss Violet (les Saxons prononcent Vaïolett), de taille moyenne que sa minceur aristocratique faisait paraître grande, montrait ce charme un peu déhanché de l’Anglo-Saxonne sportive. Très jolie avec ses cheveux d’un blond presque fauve, son teint éblouissant, ses grands yeux gris-bleus, à la fois naïfs et hardis, elle possédait au plus haut degré cette grâce un peu raidillonne d’outre-Manche, si opposée à la grâce française, mais qui n’en est pas moins captivante.

Sa « trotteuse » blanche, son corsage blouse de même couleur, ses chaussures de tennis indiquaient qu’elle rentrait du cercle britannique de lawn… Elle pouvait avoir vingt ans.

Sir-John Lobster, plus âgé de deux lustres [1] comprimait son torse court, envahi par une obésité précoce, dans un veston de flanelle blanche coupée de larges bandes roses ; un « inexpressible » de même étoffe emprisonnait ses jambes massives, laissant saillir deux longs pieds chaussés de boxcalf jaune.

Il tenait à la main un léger chapeau de paille, adorné d’un ruban vert, et découvrait ainsi sa chevelure rouge, son visage écarlate, si rouge, si écarlate que l’on se demandait, dans le monde sélect réuni sur la Côte d’Azur, si Lobster [2] était pour lui un nom véritable ou un sobriquet.

Ce gros homme était du reste membre de la Chambre des Communes et figurait, dans l’annuaire du London and Country, parmi les plus riches propriétaires fonciers du Royaume-Uni de Grande-Bretagne.

Violet, elle, se trouvait de son côté être l’unique héritière de feu Jem Mousqueterr, de son vivant fabricant illustre de conserves à Brisbane (Australie).

Tout le monde se souvient de l’origine de la fortune de ce hardi spéculateur.

Parti d’Angleterre avec une petite fortune de 25.000 livres (625.000 francs), il s’était rendu en Australie où il avait d’abord passé pour fou.

Comment en effet désigner autrement un homme qui employait une grosse part de son capital à élever d’immenses hangars qu’il remplissait d’appareils coûteux et étranges… Le plus fort, c’est qu’aux questionneurs il répondait en souriant :

— Je ne sais pas encore quelle industrie fixera mon choix… Pour être prêt, je fais toujours construire l’usine.

C’était un insensé pour parler ainsi !

Or, ce fou avait remarqué que toute l’Australie souffrait d’un mal effroyable, la pullulation des lapins.

Title:Miss MousqueterrFormat:Kobo ebookPublished:January 28, 2014Publisher:GILBERT TEROLLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990035510302

Look for similar items by category:

Reviews