Somme contre les Gentils by Thomas d’Aquin

Somme contre les Gentils

byThomas d’Aquin

Kobo ebook | February 23, 2014 | French

Pricing and Purchase Info

$2.83

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

EXTRAIT:

1 : L’OFFICE DU SAGE

Ma bouche méditera la vérité ; mes lèvres maudiront l’impie. (Prov. vii,7).

L’usage commun, que, de l’avis du Philosophe, on doit suivre quand il s’agit de nommer les choses, veut qu’on appelle sages ceux qui organisent directement les choses et président à leur bon gouvernement. Entre autres idées, le Philosophe affirme donc que l’office du sage est de maître de l’ordre. Or tous ceux qui ont charge d’ordonner à une fin doivent emprunter à cette fin la règle de leur gouvernement et de l’ordre qu’ils créent : chaque être est en effet parfaitement à sa place quand il est convenablement ordonné à sa fin, la fin étant le bien de toute chose. Aussi, dans le domaine des arts, constatons-nous qu’un art, détenteur d’une fin, joue à l’égard d’un autre art le rôle de régulateur et pour ainsi dire de principe. La médecine, par exemple, préside à la pharmacie et la règle, pour cette raison que la santé, qui est l’objet de la médecine, est la fin de tous les remèdes dont la composition relève de la pharmacie. Il en va de même du pilotage par rapport à la construction des navires, de l’art de la guerre par rapport à la cavalerie et aux fournitures militaires. Ces arts qui commandent à d’autres, on les appelle architectoniques, ou arts principaux ; ceux qui s’y adonnent, et que l’on appelle architectes, revendiquent pour eux le nom de sages. Mais comme ces hommes de métier traitent des fins en des domaines particuliers, et n’atteignent pas à la fin universelle de toutes choses, on les appelle sages en tel ou tel domaine, à la manière dont saint Paul dit qu’il a posé le fondement comme un sage architecte. Le nom de sage, purement et simplement, est réservé à qui prend pour objet de sa réflexion la fin de l’univers, principe en même temps de tout ; c’est ainsi que pour le Philosophe, la considération des causes les plus hautes est l’affaire du sage.

La fin ultime de chaque chose est celle que vise son premier auteur et moteur. Or le premier auteur et moteur de l’univers est une intelligence, nous le verrons plus loin. La fin dernière de l’univers est donc le bien de l’intelligence. Ce bien, c’est la vérité. La vérité sera donc la fin ultime de tout l’univers, et c’est à la considérer que la sagesse doit avant tout s’attacher. Aussi bien est-ce pour manifester la vérité que la divine Sagesse, après avoir revêtu note chair, déclare qu’elle est venue en ce monde : Je suis né, et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. De son côté, le philosophe précise que la Philosophie première est science de la vérité ; non pas de n’importe quelle vérité, mais de cette vérité qui est la source de toute vérité, et propriété du premier principe d’être pour toutes les choses. Cette vérité est le principe de toute vérité, puisque l’établissement des êtres dans la vérité va de pair avec leur établissement dans l’être.

Title:Somme contre les GentilsFormat:Kobo ebookPublished:February 23, 2014Publisher:Thomas d’AquinLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990044042818

Reviews