Voyage archéologique en Perse by Eugène Flandin

Voyage archéologique en Perse

byEugène Flandin

Kobo ebook | October 15, 2016 | French

Pricing and Purchase Info

$3.07

Prices and offers may vary in store

Available for download

Not available in stores

about

EXTRAIT:

I. — L’ARCHITECTURE ASSYRIENNE

 

L’Égypte a été partout explorée. Dans les loisirs que leur laissait la victoire, les soldats de la république française ont escorté nos savans aux Pyramides et au milieu des ruines de Memphis ; Thèbes leur a ouvert ses portes, et Desaix, en passant à Philé, a gravé son nom sur la croupe d’un grand sphinx. Après eux, suivant le chemin qu’ils avaient tracé si glorieusement, Champollion est allé déchiffrer les hiéroglyphes de Louqsor et de Medinet-Abou. Depuis long-temps donc, l’Égypte était connue, la plupart de ses monumens, traduits par le burin, nous avaient transmis les arts et la religion des Pharaons. Palmyre, cette ville pour ainsi dire fabuleuse, dont l’Arabe jaloux ne laisse point approcher le voyageur, a vu Volney s’asseoir à l’ombre de ses mille colonnes. Doutant de tout, interrogeant le passé, le philosophe a reposé sa tête sur le parvis du temple du Soleil. C’est là qu’il médita les Ruines. Nous connaissions Persépolis ; l’incendie auquel Alexandre, ivre de vin de Perse, applaudit sur les marches brisées du trône de Darius, n’a pas tout consumé ; et de nobles débris ont échappé à la torche sacrilége de la courtisane qui, pour rivaliser avec son royal amant, voulut, elle aussi, venger la Grèce en brûlant le palais de Xercès.

Seules, Babylone et Ninive, ces deux villes réprouvées de Dieu, n’avaient rien laissé entrevoir de leurs somptueux édifices ensevelis sous de vastes monticules ; et si le chamelier arabe ne leur avait, par tradition, conservé leurs noms antiques, Babel, Neïnivèh, qui pourrait dire aujourd’hui où elles furent ? Les restes de ces cités maudites avaient toujours échappé aux investigations les plus minutieuses, et, à part quelques débris d’inscriptions inintelligibles, rien n’était venu en révéler la trace. Quelques tertres espacés étaient les seuls indices auxquels on pût reconnaître l’emplacement des deux villes. Une poussière brûlante, des fragmens de briques calcinées couvraient au loin le sol, comme si Dieu avait voulu que leurs cendres jetées au vent et leurs ossemens épars prouvassent que ces deux reines de l’Asie étaient restées sans sépulture. Dieu l’avait annoncé aux hommes par la bouche de ses prophètes. À Babylone, Jérémie avait dit : « Babylone, la noblesse des royaumes, l’excellence et l’orgueil des Chaldéens, sera comme quand Dieu renversa Sodome et Gomorrhe. » Nahum s’écriait : « Le Seigneur prononcera ses arrêts contre vous, prince de Ninive ; le bruit de votre nom ne se répandra plus à l’avenir ; j’exterminerai les statues et les idoles de la maison de votre dieu ; je la rendrai votre sépulcre, et vous tomberez dans la poussière. » Jonas, en parcourant la ville d’Assur, ne cessait de répéter : « Dans quarante jours, Ninive sera détruite. » Et depuis 2031 ans pour Babylone, 2471 pour Ninive, la mort, la solitude, ont succédé aux clameurs des peuples, à l’animation de ces capitales si florissantes. Rien de la ville de Sémiramis, rien de celle de Ninus.

Title:Voyage archéologique en PerseFormat:Kobo ebookPublished:October 15, 2016Publisher:Eugène FlandinLanguage:French

The following ISBNs are associated with this title:

ISBN:9990052268286

Look for similar items by category:

Reviews